Invité ce matin à la Matinale de France Inter, Olivier Besancenot était interrogé par Léa Salamé sur le mouvement des gilets jaunes qui manifestaient une nouvelle fois samedi dernier, réunissant plus de 120 000 personnes dans toute la France.

Evoquant l’ambiance insurrectionnelle des récentes manifestations, l’ancien candidat aux présidentielles du NPA a rappelé que malgré la radicalité et le caractère massif de la mobilisation, la situation était encore marquée par l’absence du mouvement ouvrier organisé.

« Ce qui manque actuellement c’est qu’on soit des millions au moins une journée. Et c’est l’appel (…) que je voudrais lancer ce matin en direction des organisations du mouvement ouvrier et notamment syndical, c’est qu’au moins une journée on s’arrête tous et toutes. Au moins une journée. » a ainsi affirmé Olivier Besancenot.

Un appel assumé à la « grève générale » dans un contexte où les directions syndicales, et en particulier la direction de la CGT, se refusent toujours à rejoindre les gilets jaunes qui luttent pourtant contre la précarité et mobilisent de nombreux ouvriers.

Annunci