http://www.shemsfm.net/fr/actualite/front-populaire-le-gouvernement-chahed-est-celui-de-l-abdication-au-diktat-des-institutions-monetaires-internationales-148211

Le Front Populaire a organisé aujourd’hui, 22 août 2016, une conférence de presse en vue d’annoncer la position officielle du parti à l’égard du Gouvernement Chahed dont la composition a été annoncée samedi dernier.
Dans une déclaration accordée à ShemsFM, le porte-parole du Front Populaire, Hamma Hammami, a affirmé que le Gouvernement Chahed est celui de l’abdication au diktat des institutions monétaires internationales et de-là, il ne fera que renforcer la crise que traverse le pays.
Toujours selon Hamma Hammami, le nouveau chef du Gouvernement, à la lumière de la composition du Gouvernement annoncée, a pour mission d’imposer et de mettre en application les instructions des Institutions monétaires internationales, ce qui porterait préjudice à la souveraineté de l’Etat, et ce avant de rajouter que le Gouvernement annoncé comporte d’anciennes figures politiques qui ont déjà prouvé leur incapacité.

Le dirigeant du Front populaire Hamma Hammami a fortement critiqué la désignation de Youssef Chahed en tant que Chef du gouvernement chargé de former le gouvernement d’Union nationale.
Hammami s’est montré fort surpris par cette nomination notamment après l’échec de ce dernier dans sa mission à la tête du ministère des Collectivités locales. Et d’ajouter que M. Chahed a, par ailleurs, servi les intérêts des États-Unis en Tunisie dans le domaine agricole lorsqu’il était expert, au sein de l’ambassade américaine à Tunis.

Composizione del nuovo governo tunisino

lundi 22 août 2016, par LEROUGE Dominique (Date de rédaction antérieure : 22 août 2016).

Sommaire

Ministres (26 dont 4 de Nidaa et 3 d’Ennahdha)

– Hédi Majdoub (sortant), ministre de l’Intérieur ;
– Farhat Horcahni (sortant), ministre de la Défense nationale ;
– Ghazi Jeribi, ministre de la Justice ;
– Khemaies Jhinaoui (sortant), ministre des Affaires étrangères ; Nidaa
– Lamia Zribi, ministre des Finances ;
– Abdeljalil Ben Salem, ministres des Affaires religieuses ;
– Fadhel Abdelkefi, Développement, Investissement et Coopération internationale ;
– Néji Jalloul (sortant), ministre de l’Education nationale ; Nidaa
– Slim Khalbous, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique ;
– Imed Hammami, ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle ; Ennahdha
– Samira Merai (sortant), ministre de la Santé publique ; Afek
– Riadh Mouakhar, ministre des Affaires locales et de l’Environnement ; Afek
– Mohamed Trabelsi, ministre des Affaires sociales ; ex-UGTT, ex-OIT
– Mohamed Zine El Abidine, ministre de la Culture et du Patrimoine ;
– Néziha Laâbidi, ministre de la Femme, de la Famille et de l’Enfance ;
– Zied Laâdheri (sortant), ministre de l’Industrie et du Commerce ; Ennahdha
– Héla Cheïkhrouhou, ministre de l’Energie et des Mines ;
– Majdouline Charni, ministre de la Jeunesse et des Sports ;
– Anis Ghedira (sortant), ministre du Transport ; Nidaa
– Samir Taieb, ministre de l’Agriculture, des Ressources hydrauliques et de la Pêche ; Massar
– Mohamed Salah Arfaoui (sortant), Equipement, Habitat et Aménagement territorial ;
– Selma Elloumi Rekik (sortante), ministre du Tourisme et de l’Artisanat ; Nidaa
– Anouar Maarouf,Technologies de l’information et de l’Economie numérique ; Ennahdha
– Abid Briki, ministre de la Fonction publique et de la Bonne gouvernance ; ex-UGTT
– Iyed Dahmani, ministre chargé des relations avec le Parlement ; Joumhouri
– Mehdi Ben Gharbia, ministre chargé des relations avec la société civile. ex-Alliance démocratique

Secrétaires d’Etat (14 dont 4 de Nidaa et 3 d’Ennahdha)

– Chokri Belhassen, secrétaire d’Etat chargé des Affaires locales ; Nidaa
– Hachemi Hmidi, secrétaire d’Etat aux Mines ;
– Fayçal Hefiane, secrétaire d’Etat au Commerce ; ex-conseiller d’Essebsi
– Hichem Ben Ahmed, secrétaire d’Etat au Transport ; ex-RCD, ex-Nidaa
– Mabrouk Korchid, secrétaire auprès du ministre des Finances ; ex-ministre de Khadafi, ex-Echaab
– Faten Kallel, secrét. d’Etat auprès de la ministre de la Jeunesse et des Sports, chargée de la Jeunesse ; – Imed Jabri, sécretaire d’Etat chargé des Sports ; Nidaa

– Habib Dabbebi, secrétaire d’Etat chargé de l’Economie numérique ; Ennahda – Khalil Omri, secrétaire d’Etat chargé de la recherche scientifique ; Ennahda – Amor Béhi, secrétaire d’Etat chargé de la production agricole ;
– Saida Ounissi, secrétaire d’Etat chargée des Initatives privées ; Ennahdha

– Sabri Bach Tobji, secrétaire d’Etat auprès du ministre des Affaires étrangères – Abdallah Rebhi, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Agriculture ;
– Radhouen Ayari, secrétaire d’Etat chargé de l’immigration Nidaa

Autres éléments factuels

En plus du Premier ministre, le gouvernement Chahed compte 40 membres (26 ministres dont 17 nouveaux, 14 secrétaires d’Etat tous entrants)

Nidaa : 8 (4 ministres, 4 secrétaires d’Etat) 20 % Ennahdha : 6 (3 ministres, 3 secrétaires d’Etat) 15 % Ex-dirigeants de l’UGTT : 2 ministres 5 %
Afek (sortant) : 2 ministres 5 %

Massar (entrant) : 1 ministre 2,5 % Joumhouri (entrant) : 1 ministre 2,5 %

Afek Tounes est un parti ultra-libéral, Joumhouri (issu du PDP) est un parti du centre, Massar se revendique du centre-gauche (c’est le successeur lointain de l’ex-Parti communiste tunisien).

Deux ministres d’Ennahdha (Zied Ladhari et Imed Hammami) figurent dans la nouvelle équipe, contre un seul auparavant. Abdelkarim Harouni a même cité un troisième représentant en la personne d’Anouar Mâarouf, le nouveau ministre des Technologies de la communication et de l’Économie numérique.
« Ennahdha compte par ailleurs trois secrétaires d’État à son actif » a-t-il ajouté. http://www.jeuneafrique.com/350712/politique/tunisie-ennahda-exprime-reserves-composition-gouvernem ent-dunion-nationale/

Parmi les partis signataires du Pacte de Carthage (voir note) aucun ministre pour :
– UPL (sortant), parti populiste et clientèliste autour d’un milliardaire antérieurement en Libye, – Al Moubadara, ex-RCDistes affichés dont les trois députés sont passés à Nidaa,
– Mouvement du peuple (Haraket Echaâb), nassériens non membres du Front populaire

Non participation des partis non-signataires du Pacte de Carthage (voir note), dont :
– Alliance démocratique, en grande partie issu du PDP devenu Joumhouri,
– Ettakatol, section de l’Internationale socialiste, partenaire gouvernemental en 2012-2013 d’Ennahdha et du CPR
– Front populaire,
– Projet de la Tunisie (Machrouu Tounes), scission de Nidaa,
– Tunisie Volonté (Harak Tounes Al Irad), nouveau nom du CPR de Marzouki, partenaire gouvernemental en 2012- 2013 d’Ennahdha et d’Ettakatol
– Courant démocratique (Ettayar), scission du CPR
– Courant de l’Amour (Tayyar Al-Mahaba), parti populiste et clientèliste autour d’un homme d’affaires

résidant à Londres

Femmes 20 % : 6 ministres (23,1 %) et 2 secrétaires d’Etat (11,8 %) Cinq ministres âgés de moins de 35 ans.

Arrivées, départs et maintiens :

http://www.businessnews.com.tn/les-anciens-ministres-qui-seront-maintenus-maj,520,66478,3 http://www.businessnews.com.tn/les-nouveaux-ministres-qui-entrent-au-gouvernement-maj,520,66477,3 http://www.businessnews.com.tn/les-ministres-qui-quittent-le-gouvernement-maj,520,66476,3

Note :
Initié par le Président de la République Essebsi le « Pacte de Carthage » a été signé le 13/07/16 par une série de partis (ainsi que par l’UGTT, l’UTICA et l’UTAP qui ne sont pas représentés en tant que tels dans le gouvernement Chahed).

P.-S.

De nombreux documents sur la Tunisie sont disponibles sur le site ESSF, et notamment aux adresses suivantes :
http://www.europe-solidaire.org/spip.php?rubrique130
A gauche http://www.europe-solidaire.org/spip.php?rubrique1029

Syndicalisme http://www.europe-solidaire.org/spip.php?rubrique1337 Femmes http://www.europe-solidaire.org/spip.php?rubrique985 Histoire http://www.europe-solidaire.org/spip.php?rubrique1027 Economie http://www.europe-solidaire.org/spip.php?rubrique1026 Islamisme http://www.europe-solidaire.org/spip.php?rubrique1088

Annunci